La géographie administrative des préfectures

Le Japon est un archipel de 6 852 îles et s’étale sur plus de trois mille kilomètres de long,  de la Russie (îles Kouriles) au nord à Taïwan au sud. Les quatre îles principales représentent 95 % du territoire: du nord au sud, Hokkaidō (79 000 km²), Honshū (227 000 km²) la plus grande et la plus peuplée avec 105 millions d’habitants, Shikoku (18 000 km²) qui est l’île de la mer intérieure et Kyūshū (36 000 km2).

Le Japon est composé de 8 régions (voire neuf, si la préfecture d’Okinawa n’est pas incluse dans celle de Kyūshū): Hokkaido, Tohoku, Kanto, Chubu, Kinki, Chugoku, Shikoku, Kyushu. Ces régions sont subdivisées en 47 préfectures :

Préfectures
(01) Hokkaidō (北海道) (territoire)(02) Aomori (青森)(03) Iwate (岩手)
(04) Miyagi (宮城)(05) Akita (秋田)(06) Yamagata (山形)
(07) Fukushima (福島)(08) Ibaraki (茨城)(09) Tochigi (栃木)
(10) Gunma (群馬)(11) Saitama (埼玉)(12) Chiba (千葉)
(13) Tokyo (東京, métropole)(14) Kanagawa (神奈川)(15) Niigata (新潟)
(16) Toyama (富山)(17) Ishikawa (石川)(18) Fukui (福井)
(19) Yamanashi (山梨)(20) Nagano (長野)(21) Gifu (岐阜)
(22) Shizuoka (静岡)(23) Aichi (愛知)(24) Mie (三重)
(25) Shiga (滋賀)(26) Kyōto (京都, ville)(27) Ōsaka (大阪, ville)
(28) Hyōgo (兵庫)(29) Nara (奈良)(30) Wakayama (和歌山)
(31) Tottori (鳥取)(32) Shimane (島根)(33) Okayama (岡山)
(34) Hiroshima (広島)(35) Yamaguchi (山口)(36) Tokushima (徳島)
(37) Kagawa (香川)(38) Ehime (愛媛)(39) Kōchi (高知)
(40) Fukuoka (福岡)(41) Saga (佐賀)(42) Nagasaki (長崎)
(43) Kumamoto (熊本)(44) Ōita (大分)(45) Miyazaki (宮崎)
(46) Kagoshima (鹿児島)(47) Okinawa (沖縄)

Quelques particularités :

L’ île d’Hokkaidō étant une préfecture à part entière est divisée en sous-préfectures.

La ville de Tokyo étant une préfecture à part entière est divisée en 23 arrondissements au statut de municipalités urbaines.

Les préfectures d’Osaka et Kyoto sont organisées en municipalités urbaines.

La population de villes Japonaises

Les principales villes du Japon classées en ordre décroissant d’habitants sont :

  • Tokyo : 8,3 millions
  • Ōsaka : 2,6 millions
  • Nagoya : 2,2 millions
  • Sapporo : 1,9 million
  • Kōbe : 1,5 million
  • Kyōto : 1,5 million
  • Fukuoka : 1,4 million
  • Kawasaki : 1,3 million
  • Saitama : 1,2 million
  • Hiroshima : 1,1 million
  • Sendai : 1 million

A noter que L’agglomération de Tokyo, Yokohama, Kawasaki, Chiba et Saitama est, avec plus de 33 millions d’habitants, la plus peuplée du monde.

La démographie et la répartition de la population du Japon

La population du Japon est évaluée à 127 millions d ‘habitants. Sa densité de 342 habitants au km² est très élevé (17eme rang), mais peut atteindre plus de 5750 habitants au km² à Tokyo, faisant d’elle la ville la plus dense et de son agglomération la plus peuplé du monde (35 676 000 habitants). C’est sur l’île Honshu, la plus grande de l’archipel, où l’on retrouve la majorité des japonais (environ 100 millions d ‘habitants). Plus de 50 % de la population vit sur 3 % du pays, dans les zones urbaines.

Depuis 2005, la population japonaise ne cesse de décroître (2009 : – 183 000 personnes) et de vieillir ( plus de 44500 centenaires en 2010 et les plus de 65 ans représente 23 % ). Malgré des aides encourageant la natalité, le taux de de fécondité de 1,35 par femme, bien inférieure à taux nécessaire de 2,1 pour le renouvellement de la population.

La population étrangère au Japon était de 2 217 000 en 2008, soit 1,74 % de la population totale. (+ 50 % en dix ans). Les Chinois représentent le groupe le plus important avec 655 000 personnes, suivi des Coréens (589 000), Brésiliens (313 000), Philippins (211 000) et Péruviens (60 000). En 2008, 37 000 Japonais se sont mariés à des étrangers.

Selon une étude publié par l ‘état japonais en janvier 2012, la population japonaise devrait passer sous la barre des 100 millions d’habitants d’ici 2050 voire les 86 millions en 2060.

La maison japonaise

Maison typique japonaise

La minka est la désignation générale de la maison traditionnelle au japon, mais on peut distinguer la maison rurale « noka » , la maison urbaine « machiya » et celle des pêcheurs « gyoka ». Les maisons japonaises sont principalement composées de bois, de paille, d’argile, de bambou et d’écorce. Elles possèdent de grandes portes coulissantes donnant sur l’extérieur (les shoji) et l’espace intérieur est modulable grâce aux fusuma. Une partie de la maison affecté principalement à la cuisine et l entreposage est en terre battue (le doma), et l’autre est l’habitation proprement dite, couverte de tatamis. Au centre de la pièce principale, on trouve un foyer ouvert aménagé dans le sol; « l’irori », au dessus duquel était suspendue une crémaillère « jizai-kagi » servant à accroché une bouilloire (« tetsubin »).

le mont FUJISAN

 

Le mont Fuji (富士山, fujisan) est une montagne du centre du Japon située sur la côte Sud de l’île de Honshū, au sud-ouest de l’agglomération de Tokyo. Il est le point culminant du Japon avec 3776 mètres d’altitude. Situé dans une région tectonique entre les plaques pacifique, eurasienne et philippine, la montagne est un stratovolcan toujours considéré comme actif (sa dernière éruption s’étant produite fin 1707) bien que le risque éruptif soit actuellement considéré comme faible.
À son sommet a été construit un observatoire météorologique et malgré les conditions climatiques rigoureuses, la montagne est une destination extrêmement populaire en particulier pour les Japonais, qu’ils soient shintoïstes ou bouddhistes, en raison de sa forme caractéristique et du symbolisme religieux traditionnel qu’il représente. Il a ainsi été le sujet principal ou le cadre de nombreuses œuvres artistiques, notamment picturales au cours des siècles. Pourtant, cette fréquentation fragilise l’environnement et des actions sont menées en vue d’une reconnaissance par l’UNESCO.

L’indice NIKKEI 225


Le Nikkei 225 est le principal indice boursier de la bourse de Tōkyō. Le terme Nikkei est l’abréviation de « Nihon Keizai Shinbun », le nom du quotidien économique qui publie cet indice. Il est composé de 225 sociétés.
Le Nikkei a été créé le 16 mai 1949 (année de la base 100). Le Nikkei 225 se calcule par une moyenne arithmétique des valeurs qui le compose, sans pondération par la capitalisation boursière des titres qui le composent.
Cet indice se trouvait à près de 40 000 points à la fin 1989 et à 15 000 en 1992, suite à l’explosion de la bulle financière. Entre 2000 et 2003, il a accentué sa chute pour atteindre un plus bas de vingt ans. À la faveur du retour en grâce de l’économie nipponne après une stagnation longue d’une décennie, l’indice a repris du terrain, clôturant fin 2005 à plus de 16 000 points, à la suite des seconds semestres 2004 et 2005 qui ont été le théâtre de rallyes boursiers particulièrement marqués.
(source wikipédia)

Qu’est ce que la BOJ ?

La Banque du Japon  ou nippon ginkō (日本銀行) (de nippon, Japon et ginkō, banque) est la banque centrale du Japon, d’où l’abréviation BoJ qui provient de l’anglais Bank of Japan.

Elle a acquis son indépendance, théorique car mise en doute vis-à-vis, du gouvernement japonais par la loi du 1er avril 1998.

Elle est chargée

  1. d’émettre les pièces et billets de yens,
  2. de mettre en place la politique monétaire,
  3. d’assurer la stabilité financière du système financier,
  4. de conduire la politique de taux de change.

La BoJ fait partie avec la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) des trois principales banques centrales du monde.

À la date du 20 septembre 2007, le taux de refinancement  est à 0,5 % (principal taux directeur). Elle détient en septembre 2010, 7,9 % des emprunts d’État du Japon.

Kyoto : Capitale impériale

Kyoto ou Kyōto (京都市, Kyōto-shi, littéralement « ville capitale ») est une ville japonaise de la région du Kansai, au centre de Honshū. Elle fut de 794 à 1868 la capitale impériale du Japon. Elle est aujourd’hui la capitale de la préfecture de Kyoto ainsi que l’une des grandes villes de la zone métropolitaine Keihanshin (Osaka-Kōbe-Kyoto). Située au centre de la portion Ouest de l’île de Honshū, la ville est entourée par des montagnes. Le climat subtropical humide est caractérisé par des hivers doux et des étés moites, les nuits y sont alors particulièrement étouffantes. En 2010, la population était estimée à 1 463 373 habitants et la ville s’étendait sur 827,90 km2, soit une densité de 1 768 habitants par km². Kyoto est divisée en 11 quartiers/arrondissements : Fushimi-ku, Higashiyama-ku, Kamigyō-ku, Kita-ku, Minami-ku, Nakagyō-ku , Nishikyō-ku, Sakyō-ku, Shimogyō-ku, Ukyō-ku et Yamashina-ku. Les monuments historiques de l’ancienne Kyoto dont ses temples ont été inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco en 1994. En 1997, Kyoto accueillit la conférence qui donna naissance au Protocole de Kyoto.

Le printemps et le Hanami

Le Hanami est une coutume traditionnelle japonaise, remontant à la période de Nara, qui consiste à contempler la beauté des fleurs lors de leur floraison éphémère, principalement les fleurs de cerisier mais également les fleurs d’abricotier -Ume-  (plus précoce) et des fleurs de pêchier (plus tardives).

Sakura ou « fleurs de cerisier », très représentée sur les kimono et la vaisselle est l’emblème national du Japon mais également symbole de la paix et du samouraï. A noter que ces cerisiers (Prunus serrulata) ne donne pas de cerisiers commestibles et ne sont que ornementaux au Japon.

A l’arrivée de la floraison des cerisiers, la famille, les amis, les collègues se réunissent pour « regarder les fleurs », danser et déjeuner sur les lieux de floraison comme le parc d’Ueno à Tokyo. On peut suivre l’arrivée de la floraison de du sud au nord du Japon , sur plusieurs jours. Cette fête marque le début de l’année fiscale, scolaire et universitaire.

Le changement d’uniforme

Dans de nombreuses institutions japonaises (écoles, entreprises, administrations), le Koromogae (衣替え) marque le changement d’uniforme des habits d’hiver pour ceux d’été et réciproquement.
Cette coutume japonaise remonte à l’époque de Heian (784-1185). À cette époque, le Koromogae était pratiqué aux mois d’avril, mai, août, septembre et octobre. À partir de l’époque d’Edo (1603-1867), le nombre de Koromogae fut réduit à deux, en avril et en octobre.
De nos jours au Japon, le Koromogae se déroule le 1er juin et le 1er octobre. Il se caractérise chez les employés (salaryman) au changement de chemises manches longues / courtes.
La date de cet événement est toutefois ajustée en fonction des régions et lorsque les températures sont éloignées des normales saisonnières. Le climat d’Hokkaido est par exemple beaucoup plus froid que celui de Kyushu.

Kenpo Kinen-bi, jour de la constitution

Le Kenpo Kinen-bi (宪法 记念 日) est la fête annuelle de la constitution du Japon de 1947 au Japon. Il a lieu le 3 mai , jour de la célébration de la promulgation de la Constitution de 1947. Ce jour fait parti de la Golden Week. A cette occasion la Diète nationale (Parlement japonais), située à Tōkyō dans le quartier de Kasumigaseki, est exceptionnellement ouverte au public. Ce jour les Japonais ont pour coutume de faire un vœux pour la prospérité du pays.

Le Showa Day

Le jour du Showa day (昭和 の 日) est un jour férié japonaise annuelle tenue le 29 Avril. Il rend hommage à l’anniversaire de l’empereur Showa (Hirohito), l’empereur régnant de 1926 à 1989. Le but de cette fête est d’encourager la réflexion des japonais sur les 63 années turbulentes du règne de Hirohito (la fin de la démocratie Taisho, la montée du fascisme, la Seconde Guerre mondiale, l’occupation d’après-guerre, la montée du Japon comme une puissance industrielle et économique) plutôt que de glorifier l’empereur lui-même.
L’empereur Hirohito est mort le 7 Janvier 1989, mais c’est la date du 29 avril, jour de sa naissance, pendant la golden week, qui a été décidé pour célébrer Showa day à la place du Greenery Day (みどりの日 Midori no hi), autre fête de la golden week, déplacé de 29 Avril au 4 mai.

Midori no Hi ; La journée verte.

Midori no Hi (みどりの日) est une fête nationale japonaise.

Le 29 avril était le jour de l’anniversaire de l’ancien empereur Hirohito (Shōwa), né en 1901. Ce jour est donc férié depuis la montée de l’empereur sur le trône en 1926. À sa mort en 1989, personne ne voulant perdre une journée de vacances et particulièrement celle qui marque le début de la Semaine d’or (golden week), la journée fut déclarée Journée Verte (Midori no Hi) en commémoration de l’empereur Hirohito.

Depuis 2007, cette fête de la verdure est célébrée le 4 mai et la fête du 29 avril est maintenant entièrement dédiée à la mémoire de l’empereur Shōwa et s’appelle Shōwa no Hi.

  • 29  avril
    • l’anniversairede l’empereur depuis 1988
    • Shōwa Day depuis 2007
  • 3 mai – commémoration de la constitution (Kenpō Kinenbi)
  • 4 mai – jour de la nature depuis 2007
  • 5 mai – la fête des garçons (tango no Sekku).

    La carpe Koï, La star du bassin

  • La carpe Koï est issue de croisements effectués au Japon depuis plusieurs décennies. C’est dans la région d’Hiroshima que l’on trouve le plus grand nombre de fermes aquacoles de carpes Koï. Il y a actuellement une pénurie de nourriture dans ces fermes en raisons de la destruction des zones agricoles du Nord Est du Japon en  2011.
    Ce poisson, qui peut vivre jusqu’à 100 ans, est élevé uniquement pour les mares extérieures et les grands aquariums. La valeur de cette carpe est due à une sélection drastique (moins d’ 1% sont jugés aptes) et à des contrôles qualités permanents pour prévenir des maladies comme l’herpès du koï (très contagieux, qui peut infecter tout un bassin en très peu de temps). Le prix des plus rares spécimens, aux tâches et aux couleurs uniques, peut monter jusqu’à 250000 euros.

    La carpe est symbole de force et d’amour et représente la puissance du Japon. C’est à la naissance d’un garçon que le père doit acheter une carpe à la fête des garçons le 5 mai. On se contente d ‘acheter des koïnobori en papier bleu pour les garçons.

    Il existe différents sortes de carpes koï en fonctions des couleurs,

    dont les principaux sont :

    Kohaku : blanc avec des tâches rouges

    Karashikoï : jaune

    Taisho-Sanke : tricolore à fond blanc et taches rouges et noires

    Showa-Sanshoku : tricolore à fond noir et taches blanches et rouges

    Tancho : blanc avec une tache rouge sur le front comme le drapeau japonais

    Chagoï : couleur du thé

    …etc

Noël au Japon

Les chrétiens étant peu nombreux au Japon, les célébrations de Noël (クリスマス, Kurisumasu, de l’anglais christmas) ne revêtent que rarement de véritables aspects religieux. Noël au Japon est une tradition moderne en plein développement, mais plus que la naissance du Christ, c’est surtout le mythe de Santa Claus (サンタクロース, Santa Kurōsu, équivalent américain du Père Noël) qui est célébré. Ainsi, comme dans les pays occidentaux, Noël est l’occasion d’offrir des cadeaux aux enfants (surtout aux plus petits). Pour les jeunes, le 24 décembre est la fête des amoureux. En ce jour, les amoureux se déclarent l’un à l’autre (un peu comme lors de la Saint-Valentin).
À défaut de dinde, on consomme plus volontiers lors du réveillon de Noël du poulet, notamment le poulet frit de la chaine KFC, qui multiplie ses ventes de cinq à dix en cette période de l’année1. Ce succès daterait des années 1970, KFC était alors le seul à proposer les dindes ou poulets entiers recherchés par les Occidentaux vivant au Japon1.
Avant le milieu du XXe siècle, Noël était nommé kōtansai (降誕祭) ou seitansai (聖誕祭), et le réveillon de Noël seiya (聖夜) et non Christmas Eve (クリスマス・イヴ, Kurisumasu Ivu).
(source wikipédia)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Top